texte en prose

Le grand effondrement

 

Je lis en ce moment un « Petit manuel de collapsologie à l’usage des jeunes génération » (Comment tout peut s’effondrer de Pablo Servigne et Raphaël Stevens) .

Pour faire vite, j’y apprends que nous étions en manque du pire, c’est à dire d’une collapsologie, « véritable science appliquée et transdisciplinaire de l’effondrement ».

Ce livre m’énerve car il ne dit pas que des connerie apocalyptiques sur l’état d’une planète qui se porte mal tout en dépassant lourdement mes pires désespérances !

En conclusion comme en introduction, et dans une postface d’ Yves Cochet qui en remet une dernière couche, admettons qu’il est trop tard, que le grand effondrement systémique est pour demain et que nous ne pouvons nous préparer qu’à l’après.

En regardant sur you tube comment notre ancien ministre s’y prend, franchement, je me marre tant il ne me donne pas envie de survivre avec lui !
De toute façon, il ne tiendrait pas un mois après la catastrophe finale !

Je promenais dernièrement sur mes épaules ma petite-fille de trois ans dans la rue. Elle a vu une autre petite fille s’effondrer par terre. La chute a déclenché chez elle un emphatique et désespéré « Elle pleure ». Pour la consoler, je lui ai vendu un « ça va passer ». Et j’ai reçu au-dessus de ma tête, non pas un coup d’ épée de Damoclès, mais une déclaration souriante et forte du désir d’affronter l’avenir tel qu’il soit :
« Cela passe toujours »

5 mars 2020

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie