texte en prose

Présentation d’un synopsis de film porno comique

 

L’acteur porno principal : Vous verrez bien
L’actrice porno principale : idem
Le producteur ou la productrice : Vous
Le narrateur : Votre serviteur

Le narrateur :
Le film débute silencieusement par un cadrage extrêmement précis, quasi scientifique, du sexe ouvert de l’actrice principale (pas un poil ne dépasse). Le deuxième plan, beaucoup plus large, laisse deviner le surdimensionné pénis en érection de l’acteur principal. Les deux sont légèrement floutés, comme pour exciter le spectateur au désir de renter dans le vif du sujet.
Le corps du film est introduit par une plongée profonde en quelques va-et-vient, vus de l’intérieur, dans le sexe de l’actrice principale, comme si la caméra était au bout du sexe de l’acteur…
Le producteur ou la productrice
- Et vous trouvez cela drôle !
Le narrateur
- Attendez, attendez…
La « bande son » démarre : Sous les ahanements de l’acteur, l’actrice lui rappelle qu’elle possède aussi un cerveau en lui ordonnant d’une voix chevrotante :
- Fais-moi rêver ! fais-moi rêver !
Et alors là, le film bascule dans une drôlerie inédite. Derrière de magnifiques et libres images de nature, qui débutent par un champ de pommiers normands (tout film porno fait allusion au jardin d’Eden), une voix off technicienne décrit de manière neutre, scientifique, et exhaustive les trente-six poses imposées du film porno.
Le producteur ou la productrice
- Et vous trouvez cela drôle !
Le narrateur
- Attendez, attendez…
De temps en temps, le discours techniques est interrompu par les voix de acteurs qui échangent des propos animaliers (Tout porno flirte avec la zoophile). Les belles images de nature sont alors entrecoupées par les images d’une chatte, d’une chienne, d’un cochon, d’un grand lapin, etc.
Puis, le film transite dans sa deuxième partie par quelques images d’une église (le porno n’est-il pas transgression d’une religion de la fidélité ?). A l‘écoute des commentaires déchaînés sur fonds d’images de nature en colère (orages, tempêtes, raz de marées, etc.), il appert de couilles que les deux acteurs n’ont pas eu d’états d’âme en invitant toute l’équipe de tournage à un gigantesque gang bang.
Le producteur ou la productrice
- Et vous trouvez cela drôle !
Le narrateur
- Attendez, attendez…
Nous nous sommes permis d’introduire dans la bande son de bruyantes chasse d’eau de latrines (tout film porno n’est-il pas régression anale ?) en rapport avec la consommation abusive des laxatives pommes normandes qui ne donnent pas que des ailes…
Avouons-le tout net, l’avant dernière scène de la traditionnelle éjaculation sera complètement ratée. Le spectateur ne verra qu’une image de purée.
Le producteur ou la productrice
- Et vous trouvez cela drôle !
Le narrateur
- Attendez, attendez…
Souvenez-vous où nous avons fixé la caméra…
La conclusion du film sera pour les cinéphiles la copie pornographique de la dernière scène du Monde du Silence de Cousteau.
Retour en plan fixe sur les deux sexes du début du film. La caméra dézoome lentement laissant apparaître enfin les corps entiers de nos deux acteurs principaux, un âne et une chèvre !
Le producteur ou la productrice
- Et vous trouvez cela drôle !
Le narrateur
- Oui, si vous faîtes les premiers rôles !

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie