Moqueries

Proposition d’impro mimée en hommage à Poiret et Serrault dans la Cage aux folles (Y’en a marre d’avaler des discours convenus en hommage à Chirac jusqu’à en déféquer du réac !)

 

L’un demande à l’autre bottes qui lui aillent
En grâce des ses doigts de pieds coincés
Et écrasés comme billes dans la limaille
Par les vernis de la féminité forcée

L’autre virevolte en grands cercles
Que libèrent une aérienne robe
Qui refuse la répression de l’encercle
Et nargue son équilibre en dérobe
Sous jolis jetons figés et roidis
Violets et blancs comme des gelés radis

Cet autre lui dit du trop de ses hauts talons
Qu’il n’a qu’à s’occuper de ses oignons
Et de ses affreuses mycoses d’étalon
Qui lui gratouillent ses puants arpions

Ce dernier, très à l’aise dans ses baskets
Lui assure de manière adorable
Voulant se faire pardonner sa requête
Par préférence des silences durables
Aux courages des après panards qui couinent
Qu’il enfilera ses grolles de drag queen

Il les chausse et après tous les deux s’enlacent
Puis, chacun se lève pour tomber en arrière
Et tous deux, regardants
leur public dans la glace
Se bottent de son refoulé du derrière

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie