Moqueries

Naque

 

Naque ne sifflait pas les grands vins des domaines 
Dans le cristal de l’indifférence de classe
Mais pire des saloperies de vinasse 
Au goulot des tragédies humaines

Nuit et jour, Il buvait comme une outre
Rouge comme un homard cuit imbibé 
Jusqu’à culpabilité désinhibée
De beugler en vain de crus : J’en a que foutre

Ses « J’en a que foutre » de désolation 
Lui avait valu un surnom qui le faisait rire
Il gardait l’humour en consolation
Preuve qu’il ne dédaignait pas notre sourire

Et lorsqu’ il se fichait de nous à lui en nuire
Et que blancs gendarmes lui passaient les pinces 
Grand prince, il leur déclarait pince-sans-rire
Mon delirium n’est que très très mince

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie