texte en prose

Il est pédé. Et alors ?

 

Lorsque j’étais pion d’internat, il m’arrivait souvent de jouer au foot avec les internes. Parmi eux, un élève de seconde surpassait à ce jeu tous les autres. Il était particulièrement redoutable en défense et ses tacles auraient pu être qualifié de « virils » par un commentateur sportif. Son jeu dur contrastait avec ses attitudes si efféminées qu’elles semblaient presque travaillées. Permettez-moi de l’écrire gentiment, sans une once de méchanceté péjorative, il faisait pédé.

Je l’ai retrouvé un jour en pleurs et n’ai pas été long à comprendre que des petits connards l’avaient traité méchamment de pédé.

À ma vue, il en a fait un peu trop dans les sanglots. Il s’attendait à ce que je le plaigne, que je lui dise qu’il était victime, etc.

Je lui ai déclaré qu’à mon avis il n’avait pas vraiment d’autre choix que celui de stopper ses manières ou de les assumer.
Il a immédiatement cessé ses pleurs et m’a regardé avec un mélange d’étonnement et de reconnaissance.

Je n’ai pas eu à le défendre par la suite et suis donc sûr qu’il a répondu à la première agression homophobe en portant un tacle lui assurant un respect définitif.

La campagne actuelle de la ligue de football professionnel contre l’homophobie me semble donc trop s’appuyer sur les vertus de la prise de conscience de la bonne morale. J’aurai bien vu Éric Cantona en plan fixe, l’œil mauvais et décidé à en découdre, affirmer aux amateurs d’homophobie :
« Il est pédé et alors ? »

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie