texte en prose

La petite différence et ses grandes conséquences

 

Je trouve stimulant le thème de « la petite différence et de ses grandes conséquences » entre les filles et les garçons, selon le titre du bouquin intéressant d’Alice Schwarzer paru en 1977, que ne lisaient pas uniquement cette année-là les étudiants pour ne pas être considérés dans les milieux féministes comme de gros cons de phallocrates …
Ayant passé dernièrement un week-end avec ma petite fille âgée de deux ans, je vous livre de cette belle expérience trois remarques simples relatives à cette question.
Par de nombreux aspects, Manon présente des éléments de personnalité qui relèvent d’une représentation traditionnelle du caractère « masculin » (Ainsi, l’ultra sportive n’a peur de rien et s’avère dominante dans les bacs à sable, etc.).
Par ailleurs, ses parents l’élèvent dans des apports identiques à ceux qu’ils ont donné au même âge à son frère aîné.
Pour ma part, nonobstant mes regards énamourés sur sa charmante frimousse et son allure de petite fille, je lui propose des relations telles que j’en ai établies avec mes fils.
Pourtant, durant le week-end, elle m’a rappelé par trois fois qu’elle jouait aussi la partition d’une fille.
La première fois, ce fut dans la voiture. À un feu rouge, j’ai entendu à l’arrière deux petites notes suspectes. En démarrant, j’ai lancé machinalement un joyeux « En voiture prout prout ! » qui aurait fait rigoler mes fils lorsqu’ils étaient enfants, voire encore maintenant…
Réaction indignée immédiate :
« Non Manon ! ». Le sous-entendu s’avérait évident : En tant que fille, je ne supporte pas les plaisanteries anales et déteste qu’un bonhomme me traite de petite nana prout prout !
La deuxième fois, ce fut à propos de je ne sais plus quel prétexte, elle m’a répondu non et je lui ai répondu par un si qui a déclenché entre nous une bataille de « si non ».
Au début, je l’ai intéressé en lui envoyant des groupes de « si » en crescendo et en diminuendo qui ont ouvert ses « non » sur des gradations nouvelles. Mais j’ai vite déchanté lorsque je lui ai assenée un brutal « si » auquel elle a répondu par une grimace fâchée typiquement féminine ! (C’est d’ailleurs tout particulièrement ici, sur ce point de la difficulté particulière des femmes à supporter la contradiction des hommes, que j’accepte tous les commentaires en réactions féminines hystériques qui mettront de l’eau au moulin de mon machisme !).
Enfin, la troisième fut pour moi la plus spontanée, car, entre nous, sur les deux premières, je suis allé un peu les provoquer, ces réactions féminines…
Alors que je la baladais sur mes épaules dans une rue parisienne, humant les effluves de poulet grillé et de choucroute qui se dégageaient d’un traiteur, elle a réagi par un « miam miam ».
Et dans ce « miam miam » de plaisir instinctif, j’ai reconnu une intonation subtile et raffinée qui n’appartient qu’aux femmes …

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie