Ailleurs

« Il est avantageux de traverser les grandes eaux ». YI KING, le livre des mutations.

 

Pourquoi me retient-elle par blessures
En résidus de l’enfance des sargasses
Dans le couvercle des peines en censure 
De la tranquillité des mers bonasses

Quand cessera-t’elle de cacher sous roche
L’anguille de mes sensibles sentiments 
Comme si elle menaçait de décroche 
Le moi perdu avec elle si sordidement

Esclave du ressac de mes ressentiments
En vieilles obsessions que je ressasse
Saurais-je m’éloigner de ses amers tourments 
Qui remuent sous ma dure carapace

Et quand bien même mes destinations
Partiraient en navigation qui décrassent
Saurais-je toujours dans subordination
De ses émotions qui encor’ m’embarrassent

Tu sauras la perdre par-delà tes questions
Jusqu’ à la dilution vraiment stoïque
De la haine en mal de séparation
Traverse ton immensité pacifique

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

2 Réponses à “« Il est avantageux de traverser les grandes eaux ». YI KING, le livre des mutations.”

  1. Le 11 octobre 2018 à 16 h 59 min chasseurdimagesspirituelles a répondu avec... #

    Par-delà le grand voyage nous auront quittés les regrets,

    très bonne soirée à toi.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Qui vit veut comprendre

  2. Le 10 octobre 2018 à 11 h 17 min 010446g a répondu avec... #

    Pas facile, la dilution!

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Elle fut l'exutoire

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie