texte en prose

Ne jamais désespérer d’un acteur

 

Vendredi dernier, en fin d’après-midi, je me rends en voiture après le boulot au « foyer de vie » de mon deuxième fils. Je ne suis pas ravi de me taper trois heures de bouchon des départs de vacances pour aller une énième fois au spectacle de son atelier théâtre où à chaque fois je trouve qu’il peine, n’est pas à la hauteur de ce qu’il peut donner, etc.
Mais j’y vais quand même parce qu’il me l’a demandé, que je sais qu’il est important de soutenir ses efforts et ceux de ses camarades, et que je veux soutenir le travail des éducs qui le plus souvent donne bien plus dans cet exercice que ce pourquoi ils sont maigrement rémunérés…
Je ne veux pas non plus désespérer qu’il ne puisse pas faire mieux, parce que je sais que c’est souvent au moment où je n’ai pas cédé à mon envie de renoncer qu’il m’a donné, qu’il s’est donné, le cadeau que l’on attendait plus …
Il doit jouer une scénette dans lequel un anti héros se lamente parce que personne ne fait appel à lui et on lui a demandé d’improviser sur ce thème.
Il arrive sur cette scène, ne sait pas se positionner perdu qu’il est dans ses dyspraxies, commence à hésiter comme il l’a toujours fait lorsqu’il doit répondre à une demande directe et je me dis que c’est reparti…
Mais il rectifie, s’avance, prend la lumière et un moment de grâce s’installe.
Il prend un plaisir inédit à nous dire de manière lyrique que sa vie ne sert à rien, que personne ne lui confie la moindre mission, qu’il s’ennuie, qu’il se sent incapable, etc….
Le public s’agite, rit, comprend qu’il joue avec un personnage qui n’est pas très loin de ce qu’il a envie de nous dire au plus profond de lui.
Il s’enhardit et sort avec humour des mots qui riment et le place en patron de la salle :
« Entre mes collègues qui picolent,
Et ce petit public qui rigole,
J’en ai vraiment raz le bol ! ».
Et à ce moment-là, il n’y a plus d’handicapés, d’éducateurs, de cadres d’un établissement spécialisé, de parents, de Monsieur le Maire, de rôles, mais un bonhomme qui joue juste.

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

2 Réponses à “Ne jamais désespérer d’un acteur”

  1. Le 7 juillet 2018 à 9 h 06 min chasseurdimagesspirituelles a répondu avec... #

    Chacun est un miroir,le reflet d’un héritage,de tendres regrets ou d’une profonde souffrance,l’image de parents sur le fond d’une apparence,quand les propres désirs d’un être encore en enfance veulent s’offrir en partage,chacun doit briser le miroir et se libérer du cadre de son existence.

    Très bonne journée à toi.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : L'espérance

  2. Le 4 juillet 2018 à 15 h 54 min 010446g a répondu avec... #

    Et toi, les larmes aux yeux de joie comme je les ai en le lisant, tu exultes!

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Radotage (20 mars 2011)

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie