texte en prose

Où est la sortie ?

 

Réunion à la préfecture du département de L’Essor concernant la prévention de la mort de froid des sans domicile durant l’hiver.
A la tribune, le préfet à l’égalité des manches, le directeur de la déshérence sociale, le chef de l’association la noix gruge qui s’occupe du 115 et de la plateforme du tchao insertion, et la sous cheffe du département on est pas sorti de l’hébergement de la déshérence sociale.
Dans la salle, une cinquantaine de pékins tous payés directement ou indirectement par l’état, à savoir, des représentants des associations qui en croquent et doivent se faire bien voir en sachant que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire pour leurs subventions dans le domaine du SDF, des élus locaux qui espèrent des contreparties du Préfet, et les quelques habituels muets fidèles en uniformes.
Monsieur le directeur de la déshérence sociale introduit la réunion en passant la brosse à reluire au préfet. Il en emprunte beaucoup au jeu de Louis de Funès dans sa manière de prêter allégeance à son préfet et de prendre le contrôle de la salle. Monsieur le préfet à l’égalité des manches affirme dans un excellent français les choses habituelles relatives aux efforts de l’état, aux remerciements des associations qui œuvrent si bien, et à la haute importance de la mission de prévention, tout en indiquant qu’il devra quitter prématurément la réunion pour préparer la venue de son ministre, etc. 
La sous cheffe reprend la panégyrie de l’état de manière technique et enfin le chef de l’association la noix gruge qui s’occupe du 115 et de la plateforme du tchao insertion marmonne péniblement, et en cachant difficilement la sincérité qu’il s’emmerde à le faire, sa lecture à voix de fausset d’un papelard avec des chiffres indéchiffrables d’où il ressort que la noix gruge fera aussi bien cet hiver que l’hiver dernier et que les éléments du dispositif du tchao insertion s’articulent mieux que son articulé. Pendant ce temps-là, Le directeur essaie de brancher en aparté son préfet pour montrer à la salle qu’ils sont du même monde. Le préfet y consent de mauvaise grâce tout en tapotant sur sa calculatrice…
Autrement dit, tout le monde fait semblant et joue plus ou moins à ne pas voir les misères en fonction de sa position dans la hiérarchie et de ses compétences de bureaucrate. Le problème avec le verre des demi mensonges étant le même qu’avec le verre des gens à moitié cons qui le sont, en toute logique, complètement, l’atmosphère devient de plus en plus lourde à force de les avaler dans cette salle aveugle d’une réunion qui se bunkérise de plus en plus aux sérieuses et dures réalités à ciel ouvert, entre autres, hivernales, des sans abri.
Le directeur départemental de l’association de la secousse balsamique tente de l’alléger en posant une question qui tombe à plat sur les abris de nuit pour se faire mousser. Il en gère un qui accueille pour pas cher (en évitant à l’état de payer encore d’avantage de chambres d’hôtel) des familles en les séparant par des bas flancs et cherche des locaux pour en faire davantage…
Le moment de vérité arrive en la question simple d’un vieil emmerdeur qui occupe sa retraite en étant administrateur d’une petite association :
« Comment se fait-il que nous allions de plans hivernaux en plans hivernaux de mise à l’abri depuis tant d’années ? ».
Le préfet répond immédiatement que l’état fait de son mieux et qu’il s’agit de faire encore mieux durant l’hiver, période où, etc.
Le vieil emmerdeur tente un échange en répliquant que le principe d’inconditionnalité de l’accueil est pourtant le principe affirmé haut et fort par l’état depuis des années.
Le préfet lui cloue alors le bec sans le regarder :
« Je crois avoir répondu. Question suivante. » 

Où est la sortie ?

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

Une réponse à “Où est la sortie ?”

  1. Le 3 novembre 2017 à 6 h 56 min chasseurdimagesspirituelles a répondu avec... #

    Dieu que la misère n’est prioritaire pour nos insolentes élites,souvent sont-elles de bien pauvres consciences,

    très bonne journée à toi.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Ami musicien

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie