texte en prose

Rupture familiale et morale chrétienne

 

Lorsque Marie fut enceinte, ses parents se disputèrent à longueur de jours.
- C’est de ta faute morue, si elle est fille mère.
- C’est de la tienne pauvre mec, tu n’as jamais eu pas la moindre autorité sur ta fille.
Etc.
Elle se réfugia un temps chez les parents de Joseph, un pote menuisier plutôt sympa. Les parents de Joseph ne mirent pas longtemps à lui dire ce qu’il fallait pour les faire partir.
- Elle est complètement cinglée ton immaculée conception !
- Tu dois être complément barjo pour vouloir t’attacher la vie entière à une traînée pareille ! 
Etc.
Ils furent pris en charge pendant quelques jours par des frères, des sœurs, des oncles et des tantes, mais tous se disputèrent, chacun défendant les intérêts de sa propre famille et critiquant les interventions ou les absences d’interventions des uns et des autres
C’est ainsi, après de longs jours d’errance, que Marie et Joseph furent orientés vers une étable (à l’époque, le « 115 » ne séparait jamais les couples…).
La suite de l’ histoire vous la connaissez.
Si vous ne voulez qu’un enfant soit crucifié, faites en sorte, parents, frères et sœurs, oncles et tantes, de pratiquer la solidarité familiale en ne vous défaussant pas de vos responsabilités.

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie