Chansons

La digue, la digue

 

Grande et étroite, elle donnait au port 
Son bout dehors vers la poésie du large
À marée montante, moult pêcheurs à son bord
L’occupait jusqu’à limite de surcharge
La digue, la digue

On y apprenait toutes les consignes 
Pour attraper à coup sûr du poisson
Et être envié par autres à la ligne
Qui en prenaient moins à leurs hameçons
La digue, la digue

Elle marquait une avancée sociale
Entre jeunes, anciens, estivants, « îlais »
Concurrents, mais dans l’entente cordiale 
Pour ne pas manger que du faux filet 
La digue, la digue

Puis, blocs de bétons ont abîmé son âme 
Fallait que lourdeurs de leur excroissance 
Défigurent versant ouest du brise lame 
Trop léger pour moderne port de plaisance
La digue, la digue

Et milliers de petits filets trémails 
Posés par plaisanciers à moteurs 
Ont barré la côte avec leurs trois mailles
Et empêché prises par lignes d’amateurs 
La digue, la digue

Fini le temps des cannes de bambous 
En belles lignes sur digue à l’île d’Yeu 
Pour celui des trémails mis bout à bout
Qui ne pêcheront Ô grand jamais mieux 
La digue, la digue

Que nenni, j’ai vu cet été de nombreux djeunes
S’amuser à y pêcher des éperlans (prêtres ou curés, selon les anciens)
Et je vous prie de croire que je trouve fun
De vous le dire dans mes lignes de croulant
La digue, la digue (des curés)

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

Une réponse à “La digue, la digue”

  1. Le 4 septembre 2017 à 8 h 29 min 010446g a répondu avec... #

    Douce nostalgie…

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Courrier de version fémina ce jour

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie