Ailleurs

Bonnes odeurs des villes et bonheur du monde

 

 

La ville a perdu les riches odeurs primaires

Les limites fluantes des différents quartiers

Pour gagner les pauvres fadeurs du tertiaire

Et les déos confinés aux blancs métiers

 

Les senteurs ne font plus la géo de la ville

Ne réveillent plus les signes et les repères

D’avant smogs en échappements automobiles

De l’espace-temps aux nez de nos grands-pères

 

Et nous nous déplaçons toujours plus loin et haut

Vers attirances urbaines essentielles

Sans redécouvrir dans l’aseptisé chaos

L’arôme de leurs mémoires plurielles 

 

Puissions-nous un jour ensemble parfumer

Odeurs urbaines au bonheur du monde

En évacuant toutes marchandes fumées

Vers signataires olfactifs du vieux monde

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

Une réponse à “Bonnes odeurs des villes et bonheur du monde”

  1. Le 18 janvier 2017 à 19 h 12 min Le Marginal Magnifique a répondu avec... #

    C’est sûr qu’il y a plus sain que la grande ville polluée et tentaculaire !

    Dernière publication sur Le Marginal Magnifique : Déménagement

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie