Moqueries

La variété trop pépère

Nous voudrions  que sa faveur nous aère,

Des dures réalités qui désespèrent,

Nous envoie dans les puretés de l’éther,

Des gentilles sensibilités pépères.

 

Mais la conne, déconne, se déconnecte, 

Quand elle se la joue toujours poétique,

Dans les formes esthétiques d’une secte,

Enfermée  dans son monde cinématique.

 

Nous voudrions recevoir sa bonne humeur

Qu’elle  nous mette du baume au petit cœur

Eteigne notre certitude que tout meurt

Qui ne disparaît jamais chez ses moqueurs

 

Mais la conne, déconne, se déconnecte,

Quand elle se la joue toujours sympathique,

Et ne respecte le sélect, l’abject, l’ infect,

Merdier connecté à notre éthique !

 

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie