Moqueries

Silicone ne valait rien

 

Dans un rêve qui dépassait mes bornes,

J’ai songé cette nuit aux seins de six licornes. 

 

Réveil  avec  une interprétation,

En par-feu du trop connu qui parfois hausse,

Feux de l’inconscient nu et leurs défausses.

 

Que cachaient mes desseins  pour ces six connes,

Qui – par Freud ! – s’offraient à maintes palpations,

Si ce n’est peurs des tromperies en froid silicone ?

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

Une réponse à “Silicone ne valait rien”

  1. Le 1 février 2016 à 18 h 43 min 010446g a répondu avec... #

    bravo pour les jeux de mots!

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Courrier de version fémina ce jour

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie