Couple, Moqueries

Face à la bête

Face à la bête, relâche, relâche

Ne rentre pas dans son abattoir à bétail

Ne te laisse transformer en charcutaille

Prends le large et nage vers autre cache

 

Métamorphose-toi en une méduse

Qui s’y frotte s’y pique et ne l’attrape

Hormis les tortues qui de leurs becs en usent

Pour en faire bonne chère de leurs agapes

 

Mais ne fais trop longtemps la tortue

Enfermée dans ta coriace carapace

Tu serais dérangée par son grand vorace 

Le requin aux rangées de dents bien foutues

 

Ne te crois pas définitivement en ta bonne étoile

Dans la peau dominante du redouté squale 

Ton aileron passerait mauvais quart d’heure

Sous le couteau du plus cruel des prédateurs

 

Méduse bouffée, tortue tuée, son chasseur

Le requin découpé par très mauvais pêcheur

Et au sommet de la chaîne alimentaire

Tu resteras bête carnivore sur Terre

 

Mais  si tu veux te détacher de grande peur

De sale semblable, ton principal tueur

Face à la bête, relâche, relâche

Méduse en passant pour un petit lâche

A propos de leblogdelpapet

A publié chez Edilivre un recueil de poèmes "Détournements entre autres"

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Les lendemains de la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cheminfaisant56
| Lemeilleurdesblagues
| Autourdelapoésie